Retour aux actualités
7 juin 2017

L'employé du mois de Juin

L'employé du mois de Juin

Mélanie, modéliste et styliste chez B. Solfin

Vêtements made in France 

 

photo mélanie

 

Quelle a été votre formation pour devenir modéliste ?

« Une fois mon bac en po’che, j’ai suivi une formation de styliste et modéliste pendant trois ans au sein de l’école de mode « ESMOD ». Après deux années à Rennes, j’ai rejoint Paris, LA capitale de la  MODE pour finaliser mon cursus et me spécialiser dans la maille. »

 

 

Comment êtes vous arrivée chez B.Solfin ? 

«  Fraichement diplômée, j’ai profité du réseau de mon école pour décrocher un entretien à l’atelier de tricotage Philips en Normandie… Ma créativité et ma motivation m’ont permis d’être embauchée tout juste un mois après !

J’ai tout de suite été intéressée par ce poste car c’est une petite structure qui offre la possibilité de « toucher à tout » et me permettait d’être formée à la fabrication industrielle dont je n’avais pas eu connaissance auparavant. J’ai beaucoup appris auprès de Nicole, l’actuelle responsable d’atelier de confection, qui m’a transmis son savoir avec passion.

Lorsque je suis arrivée je faisais principalement du modélisme. Après le rachat de Philips par B. Solfin, j’ai eu l’opportunité d’évoluer et je suis arrivée à mon poste actuel qui me permet de faire du stylisme et du modélisme à la fois. »

 

 

Quel est le processus de développement de collection ?

échantillons de laine cashwool« Je travaille en collaboration avec Chantal, la styliste freelance. Elle commence par imaginer de nouveaux effets de maille avec les techniciens, puis nous réfléchissons aux couleurs, aux formes, aux looks que nous souhaitons donner aux modèles… Il y a un réel échange entre nous à chaque étape, ce qui me permet de m’impliquer pleinement dans la collection.

Dans une logique d’optimisation des coûts et du temps, nous étudions la possibilité de réutiliser des patronages de notre base existante. Par la suite, nous y apportons des améliorations et ajustements jusqu'à ce que le résultat soit parfait.

Une fois le modèle validé par Solène (la responsable de Collection), je réalise le dossier technique. Celui-ci nous permet de voir comment nous pouvons fabriquer le modèle à grande échelle et combien cela va nous coûter à produire (nombre de fils, temps de tricotage, temps de confection, mesures des modèles pour les différentes tailles…), afin de calculer le prix de revient.

Enfin, nous réalisons une tête de série. Ce sont les pièces finales qui sont montées en confection et prises en photo pour servir de modèles. Nous fabriquons une pièce dans chaque taille pour voir la gradation et être sûrs que le modèle soit parfait tant en mensurations qu'en esthétisme.

Chose faite, nous lançons la production du modèle. »

 

 

Comment se déroule une journée type ?

« Il n’y a pas vraiment de journée type ! En effet, mes missions dépendent de l’évolution de la collection. Il est donc très important que je sois organisée, autonome et que j’anticipe pour ne pas être débordée et retarder le processus de production. » 

 

étagères de prototypes B.Solfin

 

  • Que préférez-vous dans votre métier ?

« J’apprécie beaucoup le fait que mes missions soient variées car je suis une personne qui a besoin de changement. De plus, ce métier fait appel à ma créativité car je cherche sans cesse à améliorer les modèles.

J’aime énormément monter moi-même les prototypes pour concrétiser les dessins de la styliste et voir le résultat final. Je sais me servir de toutes les machines (remailleuse, piqueuse…) et monte donc les prototypes de A à Z.

 

J’ai encore sous mon lit un métier à tricoter manuel que j’utilisais pendant mes études et sur lequel j’ai appris à tricoter. Je n’ai plus beaucoup le temps de l’utiliser mais je compte bien m’y remettre ! »