Retour aux actualités
5 sept. 2017

L'employé du Mois de Septembre

L'employé du Mois de Septembre

Jérémy, bonnetier chez B. Solfin

Métiers à tricoter Bentley Cotton

 

Quel est votre parcours ?

Electricien de formation, j’ai travaillé 3 ans dans ce domaine avant d’intégrer les ateliers Bernard-Philips il y a 8 ans.

J’ai découvert le métier de « bonnetier » de manière fortuite. Je suis tombé sur une offre d’emploi qui m’a séduit. Ce métier m’était complètement inconnu mais la description du poste a éveillé ma curiosité et les missions proposées m’ont poussé à postuler.

J’ai été retenu et j’ai commencé par un remplacement dans la maintenance de machines à tricoter. Puis, mon spectre d’actions s’est élargi et j’ai reçu une formation en interne de 6 mois sur les fameuses machines à tricoter anglaises Bentley Cotton.

Depuis, les machines ont été entièrement modernisées, informatisées et notre équipe a été formée sur la programmation. Auparavant, nous travaillions à l’ancienne avec des cartes perforées comme on peut encore le voir sur des orgues de Barbarie.

 

jérémy bonnetier chez B. SolfinAu quotidien, quelles sont vos principales missions ?

Mes principales missions consistent à maintenir les machines Bentley Cotton et à fournir la machine en matière. Cela passe par le réapprovisionnement de bobines de laine, Cashwool®, cachemire, coton

Je réalise un peu de programmation sur les garnitures. Dans notre jargon cela fait référence aux cols et pattes des tricots.

Quotidiennement, mon métier demande beaucoup de vigilance et de précision.

Par exemple, pour installer les aiguilles sur les machines, il faut compter le nombre d’aiguilles à mettre centimètre par centimètre sur la hauteur et la largeur.

Ma formation d’électricien reste un atout au quotidien. Cela me permet d’intervenir dès qu’il y a une panne électrique ou lorsque l’atelier réalise ponctuellement de petits travaux.

En quoi consiste l’entretien des machines ?

Les machines sont entretenues tous les jours. A chaque changement de coloris, on souffle un amas de poussière à l’aide d’une soufflette. La chaleur jouant beaucoup sur les réglages machines, on est d’autant plus vigilant en période estivale.

Un graissage tous les 15 jours des métiers en entier est nécessaire, cela requiert une matinée d’entretien. A l’approche des congés d’été, nous réalisons le grand nettoyage. On pulvérise au pistolet un nuage d’huile pour que les machines ne rouillent pas pendant un mois et on nettoie au pinceau chaque recoin de la machine, un vrai travail de fourmi !

De plus, chaque année, le mécanicien anglais de Bentley Cotton nous rend visite pour faire un état des lieux des machines.

Nos machines Bentley Cotton ont 40 années, elles sont en excellent état et inusables tant qu’elles sont bien entretenues.  « L’entretien » est le mot d’ordre pour conserver notre parc machines d’autant plus qu’étant le dernier fabricant en France à les utiliser et l’un des derniers en Europe, elles deviennent presque des pièces de collection !

Ces métiers permettent de préserver la qualité de fabrication, chose que les machines actuelles ne sont plus capables de reproduire.

 

Jérémy, bonnetier chez B. Solfin

 

Quel type de maille réalisez-vous sur ces machines ? Décrivez-nous le déroulement du tricotage d’un pull sur ce métier à tricoter.

Ces métiers à tricoter permettent de confectionner des pulls et gilets classiques et unis. Dotées de 8 ou 16 têtes de tricotage, ces machines ont l’avantage de réaliser de grandes séries, 16 pièces à l’heure et jusqu’à 90 pièces par machine.

Comme toutes machines, elles ont leurs limites. On peut réaliser uniquement des mailles jersey et utiliser jusqu’à 3 fils de couleurs maximum. Au-delà, les tricots sont réalisés sur d’autres métiers à tricoter Stoll, spécialistes des mailles travaillées et fantaisies dont nous disposons également dans l’atelier.

Pour ce qui est du déroulement du tricotage, il se déroule de bas en haut et les panneaux descendent un à un dans l’ordre suivant: d’abord le devant puis le dos et on termine par deux fois les manches.

Si j’ai programmé des arrêts pour faire un marquage de col (col rond, col V) ou une rayure, la machine s’arrêtera et il faudra intervenir pour réaliser la suite…

D’ailleurs, je vous laisse découvrir la suite dans une prochaine interview !